Qui est Ali le Kebabier ?

Le 11/08/2009 à 12h46 - Kebab Business

Depuis quelques jours fleurit une étrange campagne de pub dans toutes les villes de nos voisins Suisses : une affiche d'un kebabier avec la mention "new in town", sans autre explication.

Il s'agit d'un teasing : une technique de pub en plusieurs étapes, dont une première, sans indication de marque, retient l'attention du badaud, qui reste interrogatif et curieux de connaître ce qui se cache derrière.
Un procédé qui fonctionne bien, puisque les riverains se demandent de quoi il s'agit, et les médias suisses commençent à se poser des questions aussi. L'info arrive même jusqu'en France avec Kebab-Frites, c'est pour dire !

A première vue, on se dit qu'un nouveau snack va ouvrir en ville... mais en y réfléchissant 2 minutes, il est difficile d'imaginer qu'un petit restaurant kebab puisse s'offrir des milliers d'affiches dans tout un pays, et sur plusieurs semaines.

Alors, qui se cache derrière cette publicité ? Mystère et boule de Köfte...

Plusieurs pistes sont avancées par les médias suisses :

L'ouverture d'une grosse chaine de restaurants Kebab, comme on peut en trouver en Allemagne, qui serait capable d'investir autant dans une communication à grande échelle.

Une campagne d'auto-pub de la société (SGA) qui gère l'affichage publicitaires en Suisse. Elle aurait pu vouloir créer un buzz en période creuse dans ses plannings de vente, pour booster la publicité de type "affiches". En effet, il y'a eu des précédents, notamment en 2002 avec un lapin qui se faisait courser par un boucher. Lapin qui est devenu célèbre dans tout le pays en quelques jours. L'opération était uniquement destinée à montrer aux annonceurs que l'affichage publicitaire papier était toujours un moyen très efficace de communiquer.

Une publicité de mauvais goût d'un parti politique d'extrême droite (l'UDC).
En effet, on note une ressemblance troublante avec la célèbre et non moins controversée pub de Banania. Tout y est : le fond jaune, le chéchia rouge, le côté vieillot du design... Certains y voient une campagne à l'humour douteux, destinée à faire peur aux habitants, en prévision d'un référendum prévu en Novembre sur l'interdiction des minarets dans le pays.

Difficile de connaître la vérité pour l'instant ! Affaire à suivre donc... car la deuxième vague d'affichage arrivera la semaine prochaine, selon l'agence de pub en charge de cette campagne, et devrait donc révéler le fin mot de l'histoire.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Une idée de ce qui se cache derrière cette publicité ?



Mise à jour du 17/08/2009 : Le secret a été finalement de courte durée. Ce matin à Genève, une nouvelle affiche est apparue, qui dévoile le nom de l'annonceur. C'est bien la société d'affichage SGA qui a mis en place cette campagne, à travers l'agence Publicis Zurich, pour montrer que le support publicitaire par affichage est toujours un succès. Malgré la révélation de l'énigme, la fausse succes story de Ali le Kebabier va se poursuivre jusqu'au 14 Septembre, avec différentes affiches qui devraient encore surprendre, selon Beat Holenstein, directeur marketing de la société. Il pense que le choix du gérant de Kebap était "idéal pour montrer qu'une micro-entreprise peut se développer en peu de temps grâce à des affiches. Les plats Turcs font partie de notre culture alimentaire, et en 14 jours, Ali Kebap est devenu connu dans toute la Suisse. Grâce à la publicité, Ali étend son commerce et engage même des collaborateurs". Voilà donc le message qu'il fallait comprendre. Un message estimé à 200 000 euros, quand même...

Ci-dessous la deuxième affiche de la série, qui présente Ali avec une cravate, devenu patron de 25 boutiques, et qui a pu embaucher de nouveaux employés. Et tout ça grâce aux affiches, bien sûr !
Nous ajouterons les nouvelles affiches au fur et à mesure de leurs apparitions.

Mise à jour : La troisième affiche est arrivée ! Ali Kebap devient propriétaire d'un hôtel... quel succès !

Mise à jour : La quatrième et dernière affiche est arrivée ! Ali Kebap devient propriétaire d'une compagnie aérienne... on ne l'arrête plus !

Ali Kebap 1Ali Kebap 2Ali Kebap 2Ali Kebap 2

Articles recommandés

  1. Planète Kebab #1 Planète Kebab #1
  2. Le kebab le plus cher du monde coûte 840 euros Le kebab le plus cher du monde coûte 840 euros
  3. Georges Clooney vendeur de kebab ? Georges Clooney vendeur de kebab ?
  4. Apprendre à faire des kebabs avec un chef étoilé Apprendre à faire des kebabs avec un chef étoilé